Comment concevoir une voie douce joignant le Hayo au carrefour de la D780


Lundi 7 septembre , une partie du conseil municipal s’est retrouvé à vélo autour de Félicie Mordel, du service mobilité de GMVA, en vue d’étudier les projets de développement de mobilité douce au Hézo.
L’objectif prioritaire était d’étudier la possibilité de mettre en place une piste cyclable sur la route de Surzur, au moins jusqu’au Hayo, afin de permettre à ses habitants de rejoindre le bourg en toute sécurité, à pied ou à vélo.
Différentes options techniques ont été évoquées, dont la piste cyclable protégée ou la chaussée à voie centrale banalisée, également appelée « Chaucidou ». Les travaux d’aménagement pourraient être financés à hauteur de 80 % : 50% par GMVA et 30% par le département.
Le groupe s’est également rendu à Lezuis pour repérer le tronçon de voie verte actuellement en projet à GMVA. Cette voie, interdite aux véhicules à moteur, permettrait de rejoindre Surzur depuis l’étang de Lezuis. Après l’étude en 2021, les travaux débuteraient en 2022.
Toujours à Lezuis, face au manque d’espace nécessaire à l’aménagement d’une voie cyclable protégée, Félicie Mordel suggère de modifier le marquage au sol afin de redonner la priorité aux piétons, et d’obliger les voitures à respecter la limitation existante de 30 km/h.
Fort des informations recueillies, le conseil municipal va pouvoir entamer des actions pour avancer sur ces projets.